Err

Tout pour l'apiculture
Si vous ne parvenez pas à afficher cette lettre d'information correctement, cliquez ici pour l'ouvrir dans votre navigateur.
Lettre d'information n° 71
Décembre 2019 - Janvier 2020
API NEWS
DÉMÉNAGEMENT EN COURS POUR
API DISTRIBUTION BORDEAUX
Nous sommes actuellement en cours de déménagement.

Nous serons prêts à vous accueillir dès le lundi 9 décembre à 9h00 au 4 avenue du Docteur Schinazi.

Notez nos nouveaux horaires :
Du lundi au vendredi : de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Et n'oubliez pas nos dates de fermeture pour inventaire et congés annuels :
Du 18 décembre au soir jusqu’au 6 janvier au matin

Pensez à anticiper vos commandes !
Nouvelle adresse à partir du 9 décembre 2019
4 avenue du Docteur Schinazi 33300 Bordeaux
Voici quelques photos de la mise en place du nouveau magasin et du déménagement :
LES PROCHAINS RENDEZ-VOUS
Nos collègues du magasin de Lescar seront présents le 18 janvier 2020 à l'Assemblée Générale du GDSA des Pyrénées Atlantiques, à Bardos.
N'hésitez pas à les contacter avant le 15 janvier pour passer vos commandes à retirer sur place et bénéficier d'une remise de 5%.

API DISTRIBUTION LESCAR
148 boulevard de l'Europe
64230 LESCAR
Tel 09 83 47 47 71
[email protected]
LES TRAVAUX DU MOIS
En décembre...

Gelées, pluies, bourrasques...Les fleurs, comme les instants propices au butinage, se révèlent exceptionnels.
La colonie dépense la plus grande partie de son énergie à réguler la température à l'intérieur de la ruche.
La ponte est inexistante. La population reste stable car très peu d'abeilles disparaissent. L'activité de la colonie est au ralenti. La consommation de miel est réduite...

Ne dérangez sous aucun prétexte vos abeilles : vous dissocieriez la grappe et la colonie éprouverait des difficultés à retrouver sa température idéale. Même si vous n'apercevez pas d'activité à la planche d'envol, ne vous inquiétez pas, c'est normal.

Vérifiez surtout que les ruches ne sont pas attaquées par les martres et les blaireaux. Si c'est le cas, recouvrez les boiseries endommagées avec des morceaux de tôle préalablement perforés, que vous fixerez délicatement avec des vis.

Profitez de l'inactivité des abeilles pour entretenir les abords du rucher : débroussaillez, élaguez les branches qui font trop d'ombre, plantez des arbres ou arbustes mellifères, améliorez les accès.

A la miellerie, fondez les cires d'opercules et vérifiez le matériel.



En janvier...

Dans de nombreuses régions de montagne et parfois sur l'ensemble du territoire, la neige fait son apparition (ou perdure) en quantité plus ou moins abondante.
Dans le midi, la floraison des premiers amandiers signale le retour imminent des beaux jours.

La colonie continue à se protéger du froid. La neige apporte beaucoup d'humidité et les abeilles qui effectuent leur vol de propreté, profitant d'un bref rayon de soleil, meurent dans la neige, frigorifiées, si elles s'y posent.

Tirez parti d'une belle journée pour effectuer une promenade de surveillance.

S'il y a de la neige, ne la retirez pas. Une fois encore, ne dérangez surtout pas vos ruches. Elles savent traverser ces périodes sans encombre. Seule une claustration prolongée pourrait favoriser un accès de nosémose.

Si le soleil fait son apparition et commence à faire fondre la neige, temporairement, vous pouvez disposer une tuile ou une planche en biais sur la planche d'envol et conter la façade,a fin d'obscurcir l'intérieur de la ruche et ainsi de dissuader les abeilles de sortir. En effet, elles périraient dans la neige.

Profitez de ces périodes reposantes pour monter des cadres et préparer dès à présent la prochaine saison.

Vous pouvez chercher de nouveaux emplacements et les aménager.

N'hésitez pas à lire des ouvrages ou des revues d'apiculture, vous y apprendrez quelques tours de mains utiles.

En savoir plus en lisant "L'Apiculture mois par mois" de Jean Riondet

RAPPEL : Déclaration des ruches

Comme chaque année vous pouvez depuis le 1er septembre déclarer officiellement vos ruches et vous avez jusqu'au 31 décembre 2019 pour le faire.

Cliquez ci-dessous pour + d'infos
IDÉES CADEAUX POUR NOËL
POUR LES ENFANTS
JEU DES 7 FAMILLES
10.50 €
COFFRET DE LIVRES
"LA RUCHE"
22.95 €
PLAYMOBIL "L'APICULTRICE"
12.50 €
PELUCHE 50CM
26.50 €
L'IMAGERIE ANIMALE - LES ABEILLES
7.95 €
POUR FAIRE PLAISIR...
PETIT KIT BEAUTÉ
22.80 €
HYDROMEL 3 PARFUMS
EMPILABLE
19.96 €
KIT POUR FABRIQUER SES BOUGIES
EN CIRE D'ABEILLE
27.90 €
SACHET CADEAU DE 7 SAVONS INSPIRES
DES TRÉSORS DE LA RUCHE
11.90€
POCHETTE CADEAU
"GOURMANDISES"
12.60 €
KIT DE PRODUITS A LA PROPOLIS
27.90 €
SACHET CADEAU DE
8 SAVONS VÉGÉTAUX
8.20 €
KIT "LUTTER CONTRE LES
FRIMAS DE L'HIVER"
27.60 €
SACHET CADEAU DE
5 SAVONS ASSORTIS
6.00 €
SACHET CADEAU DE
5 SAVONS VÉGÉTAUX
5.10 €
POUR L'APICULTEUR
AGENDA RUSTICA DE L'APICULTEUR
2020
14.95 €
KIT RUCHE COMPLÈTE
POUR DÉBUTER
155.50 €
CHÈQUE CADEAU 60 €
60.00 €
KIT 1ER EQUIPEMENT
POUR DÉBUTER
87.50 €
CHÈQUE CADEAU 15€
15.00 €

LES GAGNANTS DU CONCOURS DES MIELS DE NOUVELLE-AQUITAINE 2019
Comme tous les ans, API DISTRIBUTION était partenaire du Concours des miels de Nouvelle-Aquitaine 2019.

Bravo à tous les gagnants !

Retrouvez la liste des gagnants en cliquant ici
REVUE DE PRESSE
Est-ce que l'agriculture bio peut sauver les abeilles ?
Par Philippe Vigier

France Bleu Gironde
Diffusion du mardi 19 novembre 2019
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ceux sont des chercheurs du CNRS et de l’Inra qui viennent de montrer que l’agriculture biologique bénéficie aux colonies d’abeilles mellifères.

Les apiculteurs ont remarqué une baisse de production de miel à la fin du printemps mais aussi une diminution des colonies d'abeilles dans la même période Les abeilles se nourrissent exclusivement de nectar et de pollen et elle sont en manque entre la période de floraison du colza (avril-mai) et celle du tournesol (juin). Pas assez de fleurs, moins de collecte de pollen. Mais il y a des solutions pour remédier à cette disette ! Le Journal "of Applied Ecology" montre dans une étude récente que l’agriculture biologique peut contribuer à aider les abeilles à résister. Les scientifiques ont testé 300 ruches du dispositif Ecobee* durant six ans, une équipe de chercheurs du CNRS et de l’Inra a pu constater que les colonies d’abeilles entourées de parcelles agricoles biologiques comptaient jusqu’à 37% de couvain. Les couvains ceux sont les œufs, de nymphes et de larves d’abeilles ouvrières... Une éclosion qui permet d'accueillir 20% d’abeilles adultes en plus ce qui entraine une augmentation de production de miel de 53% par rapport aux colonies entourées de parcelles non bio. Et c'est en grande partie grâce au plante que certain agriculteur ont classé dans la catégorie "mauvaises herbes". Par exemple le coquelicot ! « Les abeilles butinent plus de 300 espèces de plantes différentes, parmi lesquelles le coquelicot que beaucoup d’agriculteurs conventionnels s'acharnent à éradiquer », souligne Vincent Bretagnolle, chercheur au CNRS et animateur de la Zone Atelier « Plaine & Val de Sèvre ». Ces « mauvaises herbes » sont donc primordiales pour la survie des abeilles adultes et des générations futures, pendant les périodes où les fleurs de colza ou de tournesol viennent à manquer. « L'augmentation du couvain semble être liée à une plus grande diversité de ressources en pollen et à une diminution de la mortalité due aux pesticides à l'échelle locale », indiquent les rédacteurs de l'étude. Encourageons les créations et les conversions en agriculture biologique : « Plus on a de parcelles cultivées en bio, plus les performances des colonies d'abeilles situées à proximité augmentent » s'enthousiasme Vincent Bretagnolle. Il n'y a pas de perdant que des gagnants : « les abeilles, les apiculteurs et la société"

cliquer ici pour écouter l'émission
Les abeilles sont capables de surfer sur l'eau, la preuve en images

SCIENCES ET AVENIR
Par Anne-Sophie Tassart le 19.11.2019 à 17h31
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Des chercheurs américains ont étudié les talents peu connus des abeilles. Ces dernières sont capables de nager plusieurs minutes afin d'atteindre le rebord d'une étendue d'eau où elles sont tombées. La preuve grâce aux impressionnantes images issues de leurs travaux de recherche.

Le chercheur Chris Roh se promenait sur le campus du California Institute of Technology (États-Unis) quand il aperçut une abeille qui se débattait dans le Milikan Pond, un petit bassin. Grâce aux rayons du soleil, l'ombre de l'abeille était projetée au fond du bassin mais aussi l'ombre des vagues qu'elle générait grâce aux battements de ses ailes. Alors que l'insecte tentait de nager jusqu'au rebord, le chercheur poursuivait ses observations, fasciné. Avec l'aide du professeur Morteza Gharib, Chris Roh a tenté de comprendre les mouvements d'une abeille dans l'eau. Leurs résultats ont été publiés le 18 novembre 2019 dans la revue Proceedings of the National Academy of Science.

Des abeilles qui surfent en lieu sûr
Pour mieux comprendre ce phénomène, les chercheurs ont reproduit en laboratoire les conditions présentes dans le Milikan Pond. Ils ont donc... pris une casserole qu'ils ont remplie d'eau (les protocoles les plus simples sont parfois les meilleurs). Ils y ont ensuite placé 33 abeilles européennes (Apis mellifera) collectées dans un parc, les unes après les autres et ont éclairé le récipient de sorte à voir dans le fond les ombres des vagues produites par le battement de leurs ailes. L'abeille coincée dans le Milikan Pond a également été récupérée. Après quelques minutes de test, tous les insectes étaient ensuite évacués en vie.

En les filmant en "slow motion", les deux chercheurs se sont rendus compte que, même si l'eau colle les ailes des abeilles et les empêche de s'envoler, elle leur offre une certaine force de propulsion qui leur permet de nager vers l'avant. Ainsi, le battement des ailes génère un premier motif symétrique à gauche et à droite comme le montre la vidéo ci-dessous (en anglais). Une onde de grande amplitude se crée à l'arrière de l'insecte alors que l'avant reste plane. C'est cette asymétrie qui permet à l'abeille de se propulser vers l'avant. "Le mouvement de ses ailes crée une vague que son corps est capable de 'grimper'", explique Morteza Gharib dans un communiqué. L'abeille peut ainsi "surfer" vers un lieu sûr. Elle doit cependant le faire rapidement : si les chercheurs estiment que ces insectes peuvent nager ainsi pendant environ dix minutes seulement avant d'être épuisés.

Une nage bien souvent salvatrice mais épuisante
Les vidéos ont également permis de découvrir que lorsqu'elles sont dans l'eau, les ailes des abeilles sont mouillées en dessous et sèches au-dessus et qu'elles se courbent lorsque les insectes nagent. Elles sont ainsi courbées vers le bas quand elles descendent et courbées vers le haut quand elles remontent. Les abeilles battent des ailes plus lentement dans l'eau et avec une amplitude moindre (mois de 10° dans l'eau et entre 90° et 120° dans l'air). La propulsion générée peut néanmoins leur permettre d'accéder au bord d'un bassin si celui-ci n'est pas trop grand grâce à une vitesse de trois fois la longueur de leur corps par seconde.

Cliquer ici pour lire l'article
VIDEO. Quelle est la situation des abeilles à travers le monde ?

Brut.
France Télévisions
Mis à jour le 01/10/2019 | 17:13
publié le 01/10/2019 | 17:13
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Aux États-Unis, les abeilles auraient perdu 37 % de leurs congénères durant l'hiver 2018-2019. C'est le pire déclin enregistré depuis 13 ans. L'utilisation d'engrais et de pesticides, comme les néonicotinoïdes, des produits désorientant les insectes en agissant sur leur système nerveux, sont remis en cause. Autre menace possible : le varroa destructor, un acarien parasite qui s'en prend aux colonies et le transmet des maladies.

En Chine, ce sont environ 80 % des abeilles locales qui ont disparu depuis l'introduction des abeilles domestiques au 19ème siècle. Dans certaines régions, les humains doivent désormais polliniser à la main. C'est notamment le cas dans la province du Sichuan, connue pour sa production de pommes et de poires. Là-bas, les fermiers récoltent manuellement le pollen de fleurs mâles avant de le déposer sur les fleurs femelles à l'aide de brosses et de pinceaux.

L'Estonie et Cuba, les fiefs des abeilles
En Europe, les taux de mortalité sont élevés. Un pays se distingue des autres : la Slovénie qui est à l'origine de la journée mondiale de l'abeille. L'apiculture fait même fait partie du paysage avec 8 ruches par kilomètres carrés et 5 apiculteurs pour 1000 habitants. C'est aussi le seul pays en Europe à avoir préservé son abeille locale : la carniolienne.

À Cuba, les abeilles sont aussi en bonne santé. Dans les années 1990, le bloc soviétique s'est effondré alors qu'il fournissait engrais et pesticides à Cuba. Ainsi privée de produits phytosanitaires, l'île s'est alors retrouvée contrainte de privilégier le bio. Résultat : des colonies épargnées et des ruches bien pleines.

Plus de 7200 tonnes de miel bio ont été produites par Cuba en 2014, représentant 23,3 millions de dollars. Cela fait ainsi du miel bio le 4ème produit agricole le plus exporté par Cuba.

Cliquer ici pour voir la vidéo
Abeilles domestiques : il faut limiter le nombre de ruches en ville

Mardi 5 novembre 2019 à 10:40 - Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
les ruches se multiplient en ville, installées par des particuliers, par les municipalités ou par des professionnels. Mais selon une étude, les abeilles domestiques se développent au détriment de leurs cousines sauvages. Plusieurs villes, dont Metz, ont donc décidé de limiter la casse.

De nombreuses ruches sont installées en centre-ville
C'est très à la mode en ce moment : des particuliers et des entreprises installent des ruches sur leurs toits et leurs terrasses en ville, pour fabriquer du miel tout en contribuant à l'écologie. Mais le revers de la médaille, c'est que ces abeilles domestiques - ou mellifères, qui produisent du miel, gênent leurs cousines sauvages en consommant toute la nourriture disponible. A tel point que certaines villes, dont Metz en 2015, ont décidé d'interdire l'installation de nouvelles ruches.

Les ruches en ville : "une bonne chose... mais pas trop"
"On imaginait que mettre des ruches dans les zones urbaines était une bonne chose, et c'est une bonne chose, mais pas trop, explique René Darbois, adjoint au maire de Metz. Tout simplement parce que les abeilles domestiques rivalisent avec les abeilles sauvages. Voilà pourquoi on a mis la pédale un peu plus douce." Il y en a 12 dans les espaces verts, pas une de plus.

Les centres urbains, "derniers refuges" des abeilles
La ville représente, à la fois pour les abeilles domestiques et les abeilles sauvages, une sorte de "dernier refuge", explique Julien Frizon, apiculteur à Yutz. "A la campagne, l'agriculture intensive, les pesticides, la monoculture, représentent de grands dangers pour les abeilles. A la ville, il y a l'arrosage de la municipalité, les particuliers qui plantent toutes sortes d'espèces végétales - on retrouve du miel de palmier !, on a en plus une floraison beaucoup plus intéressante, au moins de mars à novembre. L'abeille trouve des ressources en pollen et en nectar toute l'année."

En cas de disette, personne pour nourrir l'abeille sauvage
Mais l'abeille domestique et sa cousine sauvage ne combattent pas à armes égales : "En tant qu'apiculteurs, si les ressources ne sont pas suffisantes, on a toujours la possibilité de nourrir nos abeilles. Personne, en revanche, ne pourra sauver du déclin l'abeille sauvage", rappelle Julien Frizon. Il faut donc simplement "être sensé." Dans le centre-ville de Yutz, par exemple, l'apiculteur n'a installé que quinze ruches : "J'aurais bien aimé en mettre 30, 40 ou 50, mais je suis sensible à l'écologie et à la nature et je ne veux pas rentrer en concurrence avec les insectes pollinisateurs."

Jusqu'à 40% de rendement en plus chez les producteurs de colza qui utilisent la pollinisation par les abeilles
Parallèlement, Julien Frizon a mis en place un partenariat avec des agriculteurs "sur la pollinisation des céréales, en l'occurrence du colza. On a trouvé jusqu'à 40% de rendement en plus chez les céréaliers qui utilisent les abeilles et qui n'utilisent en revanche plus de pesticides."

Cliquez ici pour voir l'article
Pour voir plus d'articles sur l'actualité du monde apicole, n'hésitez pas à nous suivre sur Facebook !
Nouveau ! Suivez-nous aussi sur Instagram
api_distribution
POUR LES GOURMANDS
Nougat glacé au miel et aux fruits confits
par le chef Cyril Lignac.
Le nougat glacé est composé de meringue italienne et de crème montée avec du miel et des fruits secs. Un véritable régal !

C’est un dessert qui se prépare à l’avance car il faut laisser à la meringue le temps de prendre au congélateur. Même pas besoin de sorbetière.

On peut aussi bien réaliser ce nougat glacé l’été que l’hiver ou même à Noël pour remplacer la bûche.

La recette peut paraître un peu technique mais elle est facile à réaliser. Il faut juste vous assurer d’avoir un thermomètre pour contrôler la cuisson du sirop.

Les conseils de Cyril Lignac :
Utiliser des cercles à pâtisserie pour mouler vos nougats glacés. Si vous n’en n’avez pas, vous pouvez utiliser un moule à cake avec du papier sulfurisé. Il suffit de mettre l’appareil dedans, congeler et ensuite couper des tranches. Vous pourriez même servir le nougat glacé en verrine si vous ne voulez pas vous embêter à démouler. Il faudra les sortir quelques minutes avant de servir.
Cuire le sirop de la meringue italienne cuite à 123°. Il vous faudra donc un thermomètre.
Vous pouvez mettre ce que vous souhaitez comme fruit secs (amandes, noisettes, pistaches, noix) et fruits confits (orange, melon).

Temps de cuisson : 20 minutes
Temps de préparation : 45 minutes
Temps de repos : 1 nuit au congélateur

Ingrédients pour 4 à 6 personnes

Le nougat glacé
400g de crème liquide bien froide
3 blancs d’œufs
65g de sucre semoule
65g de miel
1 gousse de vanille
80g de fruits confits ou de l’orange confite
20g de raisins de Corinthe gonflés
1 écorce d’orange confite coupée en dés
Des ronds de dacquoise découpés à l’emporte-pièce
Rhum

Les fruits secs caramélisés
100g de noisettes, pistaches et amandes
32g de sucre
5g d’eau
3g de beurre

Mettre les raisins secs à tremper dans du rhum.

Dans une poêle, préparer le sirop en cuisant le sucre et le miel à 123°.

Monter les blancs en neige quand le sirop est à 100°.
Il faut que les blancs soient montés quand le sirop est prêt (123°).

Verser le sucre en filet progressivement sur les blancs toujours en battant.
Continuer à tourner les blancs et laisser refroidir.
Ajouter les grains de vanille quand la cuve a refroidi.

Pour caraméliser les fruits secs (amandes, noisettes et pistaches) :
Soit au four : faire un sirop de sucre, mélanger les fruits secs et les déposer sur une plaque au four pour les faire caraméliser. Cette technique est plus longue.
Soit à la poêle : on prépare les fruits secs dans un sirop à la poêle. Mettre du sucre et de l’eau dans la poêle. Lorsque le caramel se forme, verser les fruits secs sur feu doux. Mélanger avec une cuillère et séparer les fruits secs. Ajouter une noix de beurre, un peu de fleur de sel et mélanger.
Déposer les fruits secs sur une plaque ou une feuille se silicone et les laisser refroidir.
Les décoller quand ils ont refroidi.

Monter au batteur la crème liquide bien froide pour obtenir de la crème fouettée.

Couper grossièrement les fruits secs refroidis avec un couteau.
Couper les morceaux d’oranges confites en morceaux.

Ajouter la crème fouettée à la meringue.
Mélanger délicatement avec une maryse.
Ajouter les raisins secs égouttés, les dés d’orange confite et les fruits secs caramélisés.

Déposer la meringue dans des cercles à pâtisserie, lisser à la spatule.
Ajouter la génoise ou dacquoise : découper des cercles avec l’emporte-pièce et mettre le biscuit sur la meringue.
Presser légèrement et mettre au congélateur 1 nuit.

Le lendemain
Passer le dessert un peu au chalumeau sur le moule en inox pour démouler le nougat (ou chauffer avec les mains).
Démouler délicatement.
Déposer dans les assiettes.
Décorer de fruits confits et fruits secs.
Vous pouvez servir avec un coulis de mangue ou un coulis de framboise, un zeste de citron verts et quelques écorces d’orange.

Crédits : RADIS ROSE
Cliquer pour voir la recette
Téléchargez ici notre catalogue 2019/2020
VOUS AIMEZ NOS ACTUS, NOS INFOS, NOS NOUVEAUTÉS ?
www.apidistribution.fr
05 56 39 75 14
#UNSUBSCRIBE#